>   >   >  Carte blanche au pianiste David Kadouch

29e édition

Carte blanche au pianiste David Kadouch

Ayako Tanaka, violon et François Salque, violoncelle

Carte blanche au pianiste David Kadouch

Les Victoires de la Musique ont couronné cette année David Kadouch, étoile montante du piano français, distinguant ainsi son jeu inspiré et limpide.

Ce virtuose sensible et puissant a déjà conquis les plus grandes salles mondiales au côté de ses pairs illustres : Barenboïm, Boulez ou Bashkirov pour ne citer qu’eux. Il nous propose en compagnie de ses partenaires privilégiés un programme romantique et contrasté, capable de rendre sensible l’infinie variation de son génie musical.

Les artistes

David Kadouch, piano

David Kadouch, piano

Né en 1985, David Kadouch débute le piano au CNR de Nice dans la classe d’Odile Poisson. Il intègre à quatorze ans le CNSM de Paris, où il est reçu à l’unanimité dans la classe de Jacques Rouvier. Il obtient le Premier Prix puis il rejoint la classe de Dimitri Bashkirov à l’École Reine Sofia de Madrid, où il poursuit actuellement sa formation.

Il bénéficie parallèlement des conseils de grands maîtres tels que Murray Perahia, Maurizio Pollini et Daniel Barenboïm.
Remarqué par Itzhak Perlman, il joue à l’âge de treize ans sous sa direction au Metropolitan Hall de New York. Un an plus tard, il se produit dans la Salle Bolchoï du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. En 2008, il interprète le Quintette de Schumann au MET de New York aux côtés du grand violoniste.

David Kadouch se distingue lors des Académies de Salzburg et de Verbier (dont il est Prix d’honneur en 2009). En 2005, il est finaliste du Concours Beethoven de Bonn et l’année suivante du Concours de Leeds. Aux Victoires de la Musique Classique 2010 il est consacré « Révélation instrumentale de l’année ».

David Kadouch est l’hôte de nombreux festivals et scènes internationales, parmi lesquels le Festival de Lucerne (où il se produit sous la direction de Pierre Boulez), le Klavier-Festival Rhur, les Festivals de Montreux, Santander et Jérusalem, les Flâneries Musicales de Reims, les Sommets Musicaux de Gstaad, la Roque d’Anthéron, la Tonhalle de Zurich, ou encore le Louvre à Paris. Il entreprendra prochainement une tournée en Chine.

Daniel Barenboïm le choisit pour participer à l’enregistrement du DVD « Barenboïm on Beethoven » au Symphony Center de Chicago, diffusé dans le monde entier. Le musicien l’invitera ensuite à remplacer Murray Perahia à Jérusalem, à jouer dans l’émission « Thé ou Café » que lui consacre France 2, et tout récemment à remplacer Lang Lang lors d’un concert à Ramallah, en Palestine.

Depuis janvier 2007, il est lauréat de l’ADAMI et de la Fondation Natexis Banques Populaires.

En 2007, David Kadouch enregistre pour Naxos le 5e Concerto de Beethoven lors d’un concert live à la Philharmonie de Cologne. En janvier 2010, il sort chez Transart l’intégrale des Préludes de Chostakovitch.

La saison 2010-2011 de David Kadouch verra notamment ses débuts en récital au MET de New York, puis des concerts avec l’Orchestre Philarmonique de Monte Carlo dirigé par Yakov Kreizberg, avec l’Orchestre National de Lille dirigé par Jean Claude Casadesus, l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich dirigé par David Zinman avec le concerto Empereur de Beethoven, l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian, une tournée au Japon, des concerts à Verbier, Reims, Toulouse, etc.

Les Victoires de la Musique ont couronné cette année David Kadouch, étoile montante du piano français, distinguant ainsi son jeu inspiré et limpide.

Ayako Tanaka, violon

Ayako Tanaka, violon

Originaire d’Osaka (Japon), Ayako Tanaka est élevée musicalement dans la plus pure tradition Hongroise. Plusieurs fois lauréate de concours (2e Prix du Concours Wakayama, lauréate du Concours des Solistes du Japon,1er prix du Concours d’Osaka), elle est formée en Europe par Tibor Varga.

Elle donne des concerts en soliste, aussi bien en Suisse qu’en Italie, en Allemagne et au Japon. Elle entre au CNSM de Lyon en 1995, et y obtient un Premier Prix à l’unanimité avec la mention Très Bien et les félicitations du jury. Cette même année, elle remporte le 1er prix à l’unanimité du Concours International Rovere d’Oro.

En 1997, elle devient premier violon du Quatuor Psophos. En moins de trois ans, le Quatuor Psophos a remporté le 4e Prix du Concours International de Londres, le 3e Prix du Concours International d’Osaka, le 2e Prix du Concours International Vitorio Gui de Florence et le Prix spécial de l’Académie Mozarteum de Salzbourg.

En septembre 2001, ce parcours est couronné par l’obtention du Premier Grand Prix du Concours International de Quatuor à Cordes de Bordeaux ainsi que par le Prix à l’unanimité de la Presse Internationale, le prix Serge Den Arend pour la meilleure interprétation de Mozart, le Prix Maurice Ohana et le Prix Mécénat Musical Société Générale pour la réalisation d’un disque. Ces victoires propulsent les Psophos qui se produisent depuis sur les plus grandes scènes et dans des festivals internationaux.

En Janvier 2005, le quatuor Psophos a été nommé dans la catégorie « Meilleur ensemble de l’année » aux Victoires de la Musique 2005 et a été sélectionné fin 2005 comme premier quatuor français par la radio BBC 3 à Londres pour rejoindre les 12 lauréats internationaux de la prestigieuse série « New Generation Artists » pour 2006 et 2007.

Ayako aime partager sa passion de la musique de chambre avec de nombreux artistes comme Dana Ciocarlie, Henri Demarquette, Alain Meunier, Raphaël Oleg, Emmanuelle Bertrand, Renaud et Gautier Capuçon, Nicholas Angelich, Franck Braley, Eric Lesage, le Quatuor Lindsay, le quatuor Ebène, Nicolas Dautricourt, Cédric Tiberghien, Paul Meyer, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, Isabelle Moretti et au sein de l’ensemble Dissonance comme premier violon solo, et l’Orchestre Philharmonique de Radio France ainsi qu’au poste de co-soliste durant 4 années à l’Orchestre de Besançon.

Depuis 3 ans, Ayako Tanaka soutient activement la lutte contre le sida dans l’Océan Indien (Iles de la Réunion, Maurice et Madagascar) en donnant des concerts dont les recettes sont entièrement reversées à des associations locales de prévention.

Depuis début 2006, Ayako Tanaka joue un violon Amati de 1628.

  Voir en ligne : http://ayakotanaka.com/

François Salque, violoncelle

François Salque, violoncelle

François Salque est un des représentants les plus loués de la prestigieuse école française du violoncelle. Son extraordinaire profondeur musicale, sa technique phénoménale et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde du violoncelle et de la musique de chambre.

Ce diplômé de l’Université de Yale et du CNSM de Paris s’est produit dans plus de cinquante pays. En soliste, il a eu l’occasion de se produire avec des formations telles que l’Orchestre de la Radio de Munich, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre de Monte-Carlo, l’Orchestre de Chambre de Moscou, la Camerata de Saint-Pétersbourg, l’Ensemble Orchestral de Paris, le Baltic Chamber Orchestra ainsi que de nombreux orchestres français.

Ses disques en soliste et en musique de chambre en compagnie de Paul Meyer, Emmanuel Pahud, Eric Le Sage ou Alexandre Tharaud, ont été largement acclamés par la presse (Diapasons d’ Or de l’année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l’Académie Charles Cros, Victoires de la Musique, Palme d’Or de la BBC...). François Salque signe également sept disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant cinq ans le violoncelliste.

Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces, notamment de Thierry Escaich, Nicolas Bacri, Krystof Maratka, Jean-François Zygel, Karol Beffa... Il est également à l’origine de plusieurs créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles.

Très jeune, François Salque est primé dans les plus grands concours internationaux (Genève, Tchaikovsky, ARD-Munich, Rostropovitch, Rose...). « La sensibilité et la noblesse de son jeu » alliées à « un charisme et une virtuosité exceptionnelle » (Pierre Boulez) lui permettent de remporter pas moins de 10 premiers prix et autant de prix spéciaux. Il compte parmi ses maîtres, Janos Starker, Paul Tortelier, Philippe Muller et Michel Strauss.

François Salque se produira cette saison et la suivante dans des lieux tels que la Salle Pleyel, le Théâtre du Châtelet, la Cité de la Musique le Théâtre des Champs-Elysées, ainsi que sur plusieurs scènes en France mais également au Japon, en Suisse, en Russie et dans de très nombreux festivals et rencontres musicales en France. Il enseigne aujourd’hui au Conservatoire de Paris - CNSMDP et au Conservatoire Supérieur de Lausanne.

  Voir en ligne : http://www.salque.com/

Le programme

  • Johannes Brahms
    Sonate N° 1 op. 38 pour violoncelle et piano
    Trio N° 1 op. 8 pour violon, violoncelle et piano
  • Claude Debussy
    Sonate pour violoncelle et piano
    Sonate pour violon et piano

Portfolio

  • Ayako Tanaka, David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH. © JPR
  • Ayako Tanaka, David KADOUCH, . © JPR
  • David KADOUCH. © JPR
  • François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH. © JPR
  • François SALQUE. © JPR
  • François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH. © JPR
  • David KADOUCH. © JPR
  • David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH, Ayako Tanaka. © JPR
  • David KADOUCH, Ayako Tanaka. © JPR
  • Ayako Tanaka. © JPR
  • Ayako Tanaka, David KADOUCH. © JPR
  • Ayako Tanaka, David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • Ayako Tanaka, David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • Ayako Tanaka. © JPR
  • Ayako Tanaka, David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • David KADOUCH, François SALQUE. © JPR
  • Ayako Tanaka, David KADOUCH, François SALQUE. © JPR

Samedi 25 juin 2011 - 20h30

Lieu du concert

Église Sainte Bathilde

En 1930, une dame très âgée, demeurant 43 avenue du Plessis à Châtenay-Malabry, légua à l’Archevêché des Hauts-de-Seine sa maison et un grand terrain y attenant pour y construire une chapelle. L’édifice fût érigé en 1935. Le prénom de la dame, Bathilde, fut donné à ce nouveau lieu de culte.

Avec le développement de l’urbanisation, la chapelle, devenue trop petite, fut détruite et une église construite à la même place, en 1970. Le seul vestige de l’ancienne chapelle est une cloche de bronze, exposée dans l’église. Ses dépendances abritent le siège de la paroisse orthodoxe Saint-Pierre et Saint-Paul qui, à son installation, a offert à Sainte-Bathilde une icône que l’on peut admirer derrière l’autel.

L’église, située à la limite des communes de Châtenay-Malabry et du Plessis-Robinson, et nichée au cœur du quartier des Mouillebœufs proche de la station terminus du RER, est une bâtisse toute simple, éclairée par de grandes verrières. Son acoustique est excellente.

Bathilde était une ancienne esclave anglo-saxonne, remarquée par Clovis II, fils de Dagobert Ier, roi de Neustrie et de Bourgogne, qui l’affranchit et l’épousa en 640. Elle devint donc reine puis régente à la mort de son époux, en 657. Elle interdit notamment les marchés d’esclaves chrétiens dans le royaume. A la majorité de son fils, Clotaire III - comme son père, un des rois de la période dite des « rois fainéants » - elle se retira à l’abbaye de Chelles dont elle était la fondatrice et mourut en 680. Elle fut canonisée en 1030.

Adresse

Église Sainte Bathilde
43 avenue du Plessis - 92290 Châtenay-Malabry

Transports

RER B station Robinson (terminus). Ensuite, sortir avenue Jules Guesde sur votre droite, puis après 50 mètres, prendre à gauche l’avenue du Plessis.

Si vous venez en voiture, il y a des possibilités de se garer aux alentours de l’église.

Nota : en cas de pluie, pour les concerts en plein air, un lieu de repli est prévu et sera indiqué sur le lieu prévu initialement ou en appelant au 06 85 88 81 68.

   Écrivez-nous !

   Abonnez-vous à notre newsletter

   Soutenir le festival

Rejoignez les Rencontres d’Aulnay !

Vous êtes ici  >>   >   >   >  Carte blanche au pianiste David Kadouch

 

Renseignements

Association Rencontres d’Aulnay

98 rue Jean Longuet – 92290 Châtenay-Malabry
Tél. : +33 1 47 02 75 22

Horaires d’ouverture
Lundi : fermé
Mardi : 10h-12h30 / 16h-18h
Mercredi : 10h-12h30 / 14h-18h
Jeudi : 10h-18h (sans interruption)
Vendredi : 14h-18h
Samedi : 10h-12h30 / 14h-18h
Dimanche : fermé

Envoyer un mail

Tous les concerts sont accessibles aux personnes handicapées

Tous les concerts sont accessibles
aux personnes handicapées

Placement libre dans tous les cas

Conseil Départemental des Hauts-de-Seine     Ville de Châtenay-Malabry     Office de Tourisme Châtenay-Malabry     L'Insomnie des Muses     Musiques d'un siècle     Econocom     Avenir et Patrimoine     SwissLife - Assurances & patrimoine     Truffaut - Plus belle sera la terre

    SPEDIDAM     Adami     Logisconseil     BIOCOOP L'ARBRE DE VIE     CIC     De Luca Menuiserie     Instant Beauté     Librairie CoLibris     Loiselet & Dangremont     Les Menus Services     Médiance     Mil'Epis     Pois de Senteur     Renault - Garage des Cités     VGSM     Hôtel Chateaubriand     Comme toujours - Votre site internet SPIP sur mesure !