>   >   >  Wanderer Septet

34e édition

Wanderer Septet

Wanderer Septet

L’œuvre de Schubert, grande figure romantique qui présida à la naissance du lied allemand, témoigne d’une richesse mélodique sans cesse renouvelée, source d’inspiration pour le compositeur Yves Rousseau, amateur du mariage des notes et des mots.

Le Wanderer Septet, joue sur les tempos, les climats et, de la voix mêlée aux instruments, naît une musique pleine de rythmes et de couleurs.

Le programme

Schubert Jazz
Création musicale d’Yves Rousseau autour de l’œuvre de Franz Schubert

Les artistes

Xavier Desandre Navarre, percussions

Xavier Desandre Navarre, percussions

Il a étudié au Conservatoire d’Aix en Provence en 1975. Puis, Sylvio de Santana Jr et la chef d’orchestre et musicologue brésilienne Nicia Ribas d’Avila lui ont enseigné l’art des percussions et rythmes brésiliens, « entre ciel et terre ».

Il s’est ensuite tourné vers le jazz, les musiques cubaines, africaines, et autres musiques traditionnelles, pour les inclure à des formes musicales plus actuelles. Ses collaborations l’ont conduit sur les scènes et festivals du monde entier. De studios d’enregistrements en concerts avec orchestres symphoniques, petites formations, et en solo, il a coopéré avec des artistes français et internationaux de premier plan, tels que Youn Sun Nah, Gil Evans, David Sanborn, Randy Brecker, Charlie Haden & Liberation Orchestra, John Scofield, Michel Portal, Aldo Romano, Tania Maria, Paolo Fresu, L’Orchestre National Jazz (ONJ), Jacky Terrasson, Bugge Wesseltoft, Ulf Wakenius, Lars Danielsson, Niels Lan Doky, Nils Landgren, Laurent Cugny Big Band Lumière, Manu Dibango, Jazz Baltica Ensemble, The Tokyo Symphonic Orchestra, Tivoli Symphonic Orchestra, Les Rita Mitsouko, Julia Migenes, Juliette Gréco, Victoria Tolstoï, Caecillie Norby, Gino Vanelli, Laurent Garnier….

Aussi à l’aise dans le registre acoustique et intimiste que dans la transe électro, il a toujours pris le risque de découvrir de nouveaux territoires. L’enrichissement au fil du temps de son langage lui permet de jouer des plus petits sifflets rapportés du bout du monde, aux percussions de toutes natures. Il exprime par son jeu et sa voix un langage musical passionné où les percussions s’expriment pleinement.

Il participe à plus de cent cinquante enregistrements de CD & musiques de films, dont il signe certaines partitions : Léon de Luc Besson et Manolete de Menno Meyies avec Penelope Cruz et Adrian Brody.

  Voir en ligne : https://xavierdesandrenavarre.wordp...


Édouard Ferlet, piano

Édouard Ferlet, piano

Il étudie aux côtés des professeurs les plus prestigieux (Herb Pomeroy, Hal Crook, Ed Tomassi, Ray Santisi, Ed Bedner…), obtient son diplôme de Berklee College of Music en Jazz composition et reçoit le prix du meilleur pianiste de jazz de Berklee, le Berklee jazz performance award.

Dès son retour en France, il compose pour l’audiovisuel, rencontre très vite les musiciens de jazz parisiens et joue dans les plus grands clubs de l’époque comme Le Petit Opportun, La Villa, Le Sunset, Le Duc des Lombards, Le Hot Brass… Rapidement il enregistre et auto ¬produit deux albums sous son nom : Escale et Zazimut avec les artistes phares de la nouvelle génération du jazz européen : Médéric Collignon, Christophe Monniot, Simon Spang-Hanssen, Claus Stotter, François Verly, Gary Brunton et Gregor Hilbe.

En 1999, il rencontre Jean-Philippe Viret avec qui il va faire un long parcours : six albums, un DVD, une victoire du Jazz 2011 dans la catégorie « Meilleur groupe de l’année ». En 2005, il sort son album en piano solo « Par tous les temps ». En 2005, il s’associe avec Benjamin Gratton pour fonder le label Mélisse et développe un travail de mutualisation à travers plusieurs actions artistiques : productions discographiques (treize albums), éditions musicales (documentaire, long métrage avec Nicolas Philibert), entrepreneur de spectacle (concert au New Morning, Café de la Danse… ), théâtre (L’inattendu de Fabrice Melquiot au Théâtre des Déchargeurs à Paris et au Théâtre Firmin Gémier à Antony), spectacle musical (Le Mâle entendu avec Nancy Huston), et des actions pédagogiques (2011 Conservatoire de Colombes), résidence d’essai (CENQUATRE et Opéra de Lyon, janvier 2012). Le label est reconnu comme le fleuron du jazz et lui permet d’enregistrer ses propres projets : L’Écharpe d’Iris en 2007 et Filigrane en 2009.

Édouard Ferlet travaille actuellement sur Upside Bac, un projet en piano solo des adaptations de l’œuvre de Bach accompagné des vidéos d’Axel Arno, prépare la sortie en livre-disque, chez Actes-Sud, des lectures musicales et d’un conte musical Le Mâle entendu avec l’écrivaine Nancy Huston.

Parallèlement il accompagne des chanteurs d’horizons très divers (Marc Murphy dans le jazz, Manda Djin dans le gospel, Geoffrey Oryema dans la world musique, Lambert Wilson dans le cabaret), prend en charge la direction musicale et les arrangements des spectacles de Julia Migenes « Alter Ego », « Hollywood Diva », « Migenes-Schubertet ». Enfin, il pratique le coaching au sein de l’association française de clarification.


Régis Huby, violon

Régis Huby, violon

Régis Huby est violoniste, improvisateur, compositeur, arrangeur et producteur. N’aimant pas les cloisonnements stylistiques, il multiplie des collaborations qui sont le fruit de rencontres entre des styles les plus divers, du classique au post-rock en passant par des hymnes traditionnels. L’expérimentation est son mot d’ordre dans sa quête d’une musique « nouvelle ».

Il a joué avec Joachim Kühn, Louis Sclavis, Dominique Pifarély, Vincent Courtois, Paul Rogers, Marc Ducret, Hugh Hopper, Noel Akchoté, George Russel, Anouar Brahem, Bruno Chevillon, Bernard Subert, Jacky Molard, Hélène Labarrière, Gianluigi Trovesi, Enrico Rava, Paolo Fresu, Markus Stockhausen, Francesco Bearzatti, Olivier Benoit, Philippe Deschepper, François Raulin, Benoit Delbecq, Michele Rabbia, Eric Watson, Yves Robert, Francis Lassus, Jean-François Vrod, François Merville, Laurent Dehors, Christof Lauer, Simon Goubert, David Chevalier, Régis Boulard, Catherine Delaunay, Eric Echampard, Antoine Hervé, Stefano Battaglia, Paolo Damiani, Gianluca Petrella, Denis Colin, Pablo Cueco, Didier Petit, Ute Lemper, Lambert Wilson, Hasse Poulsen, Yves Rousseau, Christophe Marguet, Jean Marc Larché, Sylvain Thevenard, Serge Adam, Michael Lewis, Chris Bates, jt Bates, Stéphan Oliva, Ben Monder, Denis Badault, Sébastien Boisseau, Nicolas Larmignat, Jean-Marc Foltz, Claude Tchamitchian, Manu Codjia, Andy Emler, François Verly, François Thuillier, Guillaume Orti, Thomas de Pourquery, Médéric Collignon, Guillaume Seguron, Roland Pinsard, Edouard Ferlet, Guillaume Roy, Alain Grange, Irène Lecoq…

  Voir en ligne : http://blogsv2.qobuz.com/les-tetes-...


Jean-Marc Larché, saxophone soprano

Jean-Marc Larché, saxophone soprano

Jean-Marc Larché sort diplômé du CNR (Conservatoire à Rayonnement Régional) de Besançon en 1981 et du CNSMD (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse) de Paris en 1984 où il reçoit le premier prix de saxophone à l’unanimité. Depuis, il n’a eu de cesse d’arpenter les territoires du jazz, des musiques du monde, de la musique contemporaine, façonnant ainsi son univers musical aux côtés de musiciens comme Martial Solal, François Couturier, Richard Galliano, Anouar Brahem, Lambert Wilson, Palle Danielsson, Jon Christensen, Anja Lechner, François Méchali, Jean-Louis Matinier, Régis Huby, Christophe Marguet, Yves Rousseau, Michel Edelin, Jean-Paul Célea, Gian-Luigi Trovesi ou l’Orchestre national de jazz.

Il joue essentiellement dans les formations suivantes : trio François Couturier et Jean-Louis Matinier, quartet Fées et Gestes d’Yves Rousseau (avec Régis Huby et Christophe Marguet), quartet de Christian Lété et François Méchali (avec Emmanuel Codjia), en trio avec Michel Godard et Jean-Luc Cappozzo…

Discographie sélective

  • Nostalghia : Song for Tarkovsky (ECM 2006)
  • Charméditerranéen ONJ Damiani (ECM 2002)
  • Khomsa Anouar Brahem (ECM 1995)
  • Poête, vos papiers ! Yves Rousseau (Le chant du monde 2008)
  • Nuit Américaine Lambert Wilson (Le chant du monde 2005)

Thierry Péala, chant et textes

Thierry Péala, chant et textes

Après une carrière de comédien, Thierry Péala retourne à ses premières amours : le jazz vocal... Ses débuts seront surtout marqués par sa rencontre, en 1989, avec Michel Graillier, pianiste privilégié de Chet Baker.

De cette complicité, qui durera trois ans, naîtra pour le jeune chanteur, la conviction d’aller vers une musique acoustique, résolument intimiste et généreuse, privilégiant toujours l’espace et l’émotion. Une démarche qui séduira très vite des grands noms du jazz, reconnaissant en lui le talent d’un vocaliste rare.

Ainsi, Gus Nemeth, contrebassiste de Keith Jarrett et Bob de Meo à la batterie rejoindront le duo pour former le ger Thierry Péala Quartet. Puis, Thierry Péala jouera successivement avec des musiciens de jazz de renom : Mickael Silva (batteur de Sammy Davis Jr), Georges Brown (batteur de Wes Montgomery et Archie Shepp), Eddie Goldstein, AI Levitt, Art Lewis, Bernard Maury...

En 1992, il remporte le Prix Spécial du Jury au Festival Jazz Vocal de Crest et commence à enseigner dans différentes écoles CIM, ACEM, ARIAM. En 1994, il part pour New York où il joue au Water Club avec le pianiste Don Salvador, ainsi qu’au Via Brasil avec Portinho, batteur de Tania Maria. Il enregistre là-bas pour le contrebassiste Rogerio Botter Maïo, l’album Crescendo /Gero Music, NYC 1996.

Deux ans plus tard, il participe au workshop de Banff au Canada, dirigé par Kenny Wheeler, Jim Hall et Norma Winstone. C’est alors une véritable révélation qui sera décisive pour la suite de toute son évolution musicale.

En 1997, Dreyfus Jazz, qui a voulu ressusciter l’esprit des grands groupes vocaux, fait appel à lui pour chanter au sein de « 6 1/2 » et enregistrer le CD New York Paris-Nice avec le « Dédé » Ceccarelli Trio. Y apparaissent des invités prestigieux : Bireli Lagrène, Flavio Boltro, Stephano di Batista, Henri Salvador, Richard Galliano, Toots Thielemans, Steve Grossman, Didier Lockwood. Depuis son retour du Canada, plusieurs projets prennent corps entre les enregistrements de Inner Traces, A Kenny Wheeler Song Book (2001) et de New Edge (Péala/Beuf/Angelini, 2007/2008)...

2010 voit naître Move Is, un projet avec le multi-anchiste Francesco Bearzatti et le fidèle compa¬gnon de route Bruno Angelini et 2011 marque le retour de Thierry Péala sur scène comme perfomeur sur le spectacle Girouette et pisse-vinaigre d’Alain Blondel et Sito Cavé.

  Voir en ligne : http://www.thierrypeala.com/


Yves Rousseau, contrebasse/compositions

Yves Rousseau, contrebasse/compositions

Après l’obtention d’un baccalauréat littéraire à Cherbourg, il entame à l’Institut National des Langues Orientales des études de chinois qu’il abandonne en 1982 pour commencer à l’âge de 22 ans des études musicales en intégrant la classe de contrebasse de Jacques Cazauran au CNR (Conservatoire National de Région) de Versailles. Il en sort cinq ans plus tard avec un second prix et après de multiples expériences en orchestre de chambre et symphonique, ainsi que quelques incursions dans la musique baroque, contemporaine et électroacoustique.

Parallèlement à l’étude de la basse classique, il s’inscrit pendant un an au Centre d’Informations Musicales pour y apprendre les rudiments du jazz. Il rencontre, au sein de l’Ensemble franco-allemand de Jazz, Jean-François Jenny-Clark qui changera sensible¬ment sa perception musicale. 1987 marque le début d’une riche collaboration avec le vibraphoniste Franck Tortiller, avec lequel il initie de très nombreux projets jusqu’en 1999. Entre 1988 et 1993, il co-organise un festival de jazz à Flamanville, sur la côte normande. Entre 1990 et 1996, il enseigne la contrebasse au Centre d’Informations Musicales ainsi qu’au département Musiques Improvisées du CNR de Metz entre 2003 et 2008.

Il intervient de temps à autre au département Jazz et musiques improvisées au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse (CNSMDP).

Il participe en 2001 à la musique de Laissez-Passer, long-métrage de Bertrand Tavernier et en 2002 à celle de Au plus près du paradis de Tonie Marshall.

Depuis 2004, il est régulièrement accueilli en résidence. À Nangis, il propose une série de concerts, de créations et d’actions de sensibilisation des publics. C’est dans ce cadre qu’il crée en 2007, avec son sextet le programme Poète, Vos Papiers !, travail réalisé autour de poèmes de Léo Ferré dont le deuxième volet est créé en 2010 avant d’être enregistré par Le Chant du monde/Harmonia Mundi. En 2009, au Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, il crée un nouveau répertoire intitulé Yarin qui réunit cinq musiciens français et turcs, dont le joueur de ney, Kudsi Ergüner. En 2011, il mêle musique acoustique et numérique, chant et comédie, danse et images avec la danseuse - chorégraphe Mié Coquempot, également en résidence à Enghien. Il participe, selon sa propre volonté et en marge de ses projets personnels, à la vie de plusieurs orchestres pratiquant des musiques très différentes les unes des autres, aux confins du jazz et des musiques improvi¬sées, à l’image de sa collaboration avec l’Ensemble Archimusic depuis 1993.
Au Théâtre 71, il a ouvert le premier JazzaMalak ! en octobre 2011 avec son Quartet, présenté une recréation de Poète, Vos Papiers ! en avril 2013 et Les Couleurs en mai 2013.

  Voir en ligne : http://yvesrousseau.fr/


Pierre-François Roussillon, clarinette basse

Après un baccalauréat littéraire, un premier apprentissage du saxophone avant qu’il ne se tourne vers la clarinette, puis des études supérieures de musique récompensées notamment par une licence de concertiste et une licence de musique de chambre de l’École Normale de Musique de Paris, Pierre-François Roussillon conduit de 1980 à 2000 une carrière de clarinettiste principalement axée sur la musique de chambre.

Il fonde l’Ensemble Concordia et le Trio à vent de Paris, deux formations composées de solistes de l’Orchestre de Paris, de l’Orchestre National de France et de l’Ensemble Intercontemporain. Se faisant l’interprète du grand répertoire dédié à son instrument (Quintettes pour clarinette et cordes de Mozart, Weber, Brahms, Reger… Septuor de Beethoven, Octuor de Schubert…), il se produit à maintes reprises en France : festivals, scènes nationales, scènes conventionnées, théâtres de ville, mais aussi à l’Auditorium du musée d’Orsay ou bien encore au Théâtre Musical du Châtelet où il donne la première française du Quintette pour clarinette et cordes du compositeur Isang Yun. Il effectue également de nombreuses tournées à l’étranger : Espagne, Italie, Chypre, Maroc, Royaume-Uni (festival de Canterbury), Allemagne, Canada (festival de Lanaudière et Domaine Forget), Afrique orientale, République Tchèque, Turquie (festival international d’Istanbul)…

Parallèlement, il enseigne la clarinette et le saxophone au conservatoire de Montereau en Seine-et-Marne et participe en tant que musicien à plusieurs créations théâtrales parmi lesquelles : Molly chante Bloom (festival d’Avignon off, Comédie de Reims-CDN, Théâtre des Deux Rives-CDR-Rouen, …) et Confidences pour clarinette (Théâtre de la Gaîté Montparnasse).

Souhaitant élargir son champ d’action et cultiver sa passion pour d’autres arts vivants tels que le théâtre ou la danse, il décide en 1999 d’orienter son parcours diversement en prenant la tête de structures culturelles afin de mener ses propres projets pluridisciplinaires dans un cadre institutionnel.

Il dirigera ainsi le Trident, Scène Nationale de Cherbourg-Octeville, puis l’historique Maison de la Culture de Bourges avant de poser en 2011 ses valises au Théâtre 71, Scène Nationale de Malakoff.

Sur le plan musical, désireux d’arpenter d’autres territoires et d’autres langages, il développe conjointement une nouvelle activité tournée vers le jazz et les musiques improvisées. Il choisit alors la clarinette, la clarinette basse et le saxophone ténor pour les explorer.

Vendredi 27 mai 2016 - 20h30

Lieu du concert

Théâtre Firmin Gémier La Piscine

Adresse

Théâtre Firmin Gémier La Piscine
254 avenue de la Division Leclerc
92290 Châtenay-Malabry

Transport

En RER B + Bus (à 45 min. de Châtelet - Les Halles)
Option 1 : vous vous arrêtez à Robinson et vous prenez le 194 ou le 294 (la ligne 194 circule jusqu’à minuit). .
Option 2 : vous descendez à Croix de Berny et vous montez dans le 379 .
Dans tous les cas, s’arrêter à l’arrêt de bus « Président Allende ».

Station Auto’lib
143 avenue Roger Salengro (près du carrefour Allende).

   Écrivez-nous !

   Abonnez-vous à notre newsletter

   Soutenir le festival

Rejoignez les Rencontres d’Aulnay !

Vous êtes ici  >>   >   >   >  Wanderer Septet

 

Renseignements

Association Rencontres d’Aulnay

98 rue Jean Longuet – 92290 Châtenay-Malabry
Tél. : +33 1 47 02 75 22

Horaires d’ouverture
Lundi : fermé
Mardi : 10h-12h30 / 16h-18h
Mercredi : 10h-12h30 / 14h-18h
Jeudi : 10h-18h (sans interruption)
Vendredi : 14h-18h
Samedi : 10h-12h30 / 14h-18h
Dimanche : fermé

Envoyer un mail

Tous les concerts sont accessibles aux personnes handicapées

Tous les concerts sont accessibles
aux personnes handicapées

Placement libre dans tous les cas

Conseil Départemental des Hauts-de-Seine     Ville de Châtenay-Malabry     Office de Tourisme Châtenay-Malabry     L'Insomnie des Muses     Musiques d'un siècle     Econocom     Avenir et Patrimoine     SwissLife - Assurances & patrimoine     Truffaut - Plus belle sera la terre

    SPEDIDAM     Adami     Logisconseil     BIOCOOP L'ARBRE DE VIE     CIC     De Luca Menuiserie     Instant Beauté     Librairie CoLibris     Loiselet & Dangremont     Les Menus Services     Médiance     Mil'Epis     Pois de Senteur     Renault - Garage des Cités     VGSM     Hôtel Chateaubriand     Comme toujours - Votre site internet SPIP sur mesure !